Fourberies au programme…


[huge_it_slider id=”18″]

 

En accord avec les nouveaux programmes de Français, les élèves de 5ème ont étudié cette année les Fourberies de Scapin, puis, le 4 mai dernier, sont allés voir la pièce, ce qui répondait à de nombreux objectifs pédagogiques parmi lesquels :

  • Permettre une rencontre directe avec une œuvre (comprendre les choix d’un metteur en scène de théâtre)
  • Éprouver des émotions artistiques
  • Porter un jugement construit sur une œuvre, un spectacle.

Les élèves ont beaucoup apprécié ce spectacle qui était d’une grande qualité à tout point de vue.

Parmi les compte-rendus d’élèves qui ont été écrits, en voici un qui a le mérite d’être précis, bien rédigé et argumenté. Bravo Guillaume !

Mme Sermon, professeur de Français

 

Guillaume, 5ème :

Le jeudi 4 mai, nous sommes allés voir une pièce de théâtre, Les Fourberies de Scapin de Molière, mise en scène par Jean-Philippe Daguerre et jouée par la compagnie Le Grenier de Babouchka à la Gare du midi, une ancienne gare devenue salle de spectacle.

Dès l’ouverture du rideau, j’ai remarqué qu’il avait seulement deux couleurs de costumes. En noir : la famille de Géronte, en blanc : la famille d’Argante. L’éclairage de la scène n’était pas varié. En revanche, les comédiens jouaient de la musique, chantaient, dansaient. Nous avons entendu la chanson «  Besame mucho ». Cette chanson qui date du XXe siècle est universellement connue. Tout le monde sait que c’est une chanson d’amour et Argante la chantait quand il pensait à son passé et aux femmes qu’il avait aimées. Le décor était sobre. Dans le fond de la scène il y avait quand même un grand morceau de tissu blanc qui symbolisait sûrement la voile d’un bateau vu que la pièce se déroule à Naples, dans un port. Les accessoires (guitare, percussions, grand sac, canne à pêche) étaient placés dans le fond de la scène depuis le début. L’ambiance était très gaie.

J’ai trouvé que les comédiens jouaient très bien en particulier Zerbinette, parfois hystérique, avec ses gestes stylisés d’égyptienne. Mais surtout Scapin était un valet d’une finesse et d’un dynamisme époustouflant. Scapin, fourbe, avait beaucoup de talent, le comédien aussi…

La mise en scène servait très bien le texte et respectait bien l’intention de Molière : faire rire les gens. Les élèves ont ri… Oui, des ados en 2017 peuvent toujours rire devant une pièce de Molière…

Le rythme du spectacle était très dynamique, ce qui m’a beaucoup plu.

Oui, j’ai aimé cette pièce. La mise en scène était très réussie, les comédiens étaient drôles. J’ai également apprécié le dynamisme de la mise en scène et tous les moments musicaux qui apportaient un plus au texte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.